Hôpital de proximité : une espèce en voie de disparition ?

Nicolas Sarkozy avait annoncé une réforme de la carte hospitalière, en complément, mais en droite ligne idéologico-économique, de la réforme hospitalière, qui tend à rendre l’hôpital public de plus en plus concurrentiel… enfin, inscrit dans une logique de concurrence et de rentabilité, un peu oublieuse du Service Public, et de l’égal accès aux soins pour tous !

Au motif que les cliniques privées ont réalisé les efforts de restructuration nécessaires qui leur permettent d’atteindre des seuils de rentabilité leur permettant de reverser des dividendes conséquents à leurs actionnaires !
Certes ! En oubliant un peu vite que les missions des uns et des autres ne sont pas strictement équivalentes. Les cliniques privées se spécialisant dans les actes les plus rentables, alors que l’hôpital public fait face aux maladies chroniques, aux imprévus, à l’accompagnement… et se doit de réserver des moyens pour faire face à l’urgence éventuelle.
Les chiffres, en tant que tels, ne peuvent pas être comparés ! A moins de redéfinir clairement ces missions respectives, et de les doter de moyens en conséquence.

Les personnels et les syndicats dénoncent depuis longtemps les travers de la T2A, c’est à dire de la tarification à l’acte pour les hôpitaux, qui ne tient pas compte des aléas de la continuité de soins… principe qui consiste en théorie à apporter la meilleure qualité de soin à chacun.
Un principe solidaire qui vient cependant contredire, de fait, et pour cause, la vision exclusivement comptable de l’activité hospitalière, qui tendrait dès lors à exclure ce qui n’est pas rentable.

Une politique qui s’affirme pourtant dans les prémices de la nouvelle carte hospitalière (à l’image de la carte judiciaire imposée par Rachida Dati, et tant décriée), qui risque fort de désertifier médicalement des zones non productives.

L’éloignement géographique de la Justice risque fort d’éloigner encore plus de justiciables du recours à celle-ci (voir Accès au droit et à la justice - inégalités ?)…
Les “petits plaignants” s’abstiendront de saisir les tribunaux, parce qu’ils ne seront pas prêts à faire 70 km pour cela, ce qui va considérablement désengorger les dits tribunaux… Et c’est clair que ça va coûter moins cher ! Y compris à ceux qui renonceront à une action en justice pour cause d’éloignement.

C’est déjà très grave pour le Justice, et qu’on arrête, de grâce, de parler des intérêts des élus locaux !
Bien sûr que ceux-ci défendent leurs intérêts politiques personnels.
Mais ce qui se passe est bien plus grave, puisqu’il s’agit d’éloigner le justiciable de l’instance qui peut lui rendre justice.

De nombreux autres services publics sont menacés de la même manière.
Peut-on pour autant appliquer ces règles à la Santé, au bien-être de tout un chacun, à l’accès aux soins du plus grand nombre ?

Sous des prétextes de sécurité (sans doute réels parfois, mais souvent fallacieux), et de rentabilité, il est question de supprimer nombre de services hospitaliers, si ce n’est les hôpitaux eux-mêmes.
Contrairement à ce qu’affirme Guy Vallancien, je ne suis pas sûre que les coûts (humains, économiques, et en termes de santé publique) de ces mesures aient réellement été évalués.
Encore moins sûre qu’une véritable politique de couverture nationale en termes de soins ait été pensée.
Absolument sûre que les hôpitaux en général, et ceux de proximité en particulier, ne sont absolument pas budgétés (et le seront de moins en moins) sur le service public rendu.

La politique actuelle (qui ne tient pas qu’à ce gouvernement, mais que celui-ci semble vouloir affirmer et accélérer) va dans le sens d’une responsabilisation grandissante des malades… qui devraient se tourner de plus en plus vers des assurances privées, à l’aune de leurs revenus.
Ceux qui ne pourront pas s’assurer n’auront qu’à bien se tenir ! Et ne pas tomber malades…
Quant aux autres, que ce soit pour accoucher ou se faire mettre un plâtre, ils n’auront qu’à aller au CHU du coin (parfois à 300 km), pour se faire bien soigner !
J’exagère, bien sûr, mais c’est quand-même l’idée générale : concentrer le service public sur des grands pôles, transformer les hôpitaux de proximité en services de long séjour, ou spécialisés dans la gériatrie, et laisser le reste aux cliniques privées…

Bref, un véritable choix de société… voire de civilisation !

.
Sources :
¤ Traitement de choc pour tuer l’hôpital public (ou ici)
¤ Une refonte de la carte hospitalière se prépare pour l’après-municipales (ou ici)
¤ Hôpitaux en sursis
¤ Petit bilan de santé de la Sécu: histoire d’un panier percé


Hôpitaux en Sursis ? - France Inter - Service Public - 19/03/2008

Voir aussi :
- Pour une réflexion sur la Sécurité Sociale…
- Le Lobbying des Firmes Pharmaceutiques

Extraits :
La vraie question est en réalité celle de l’augmentation des besoins de santé – plus rapide que celle du produit intérieur brut (PIB) – et des choix de société qu’elle implique. […]
La France dépense 11 % de son PIB pour la santé – un taux voisin de celui de l’Allemagne, du Canada et de la Suisse ; moins important que celui des Etats-Unis (16 %) ; […]
Il est de ce point de vue très frappant que les économistes et les politiques qui fustigent les gaspillages engendrés par les prescriptions inutiles ou les arrêts de travail abusifs n’aient rien à redire concernant trois secteurs de dépense importante. […]
D’abord, le gaspillage de l’industrie pharmaceutique, qui consacre environ 25 % de son chiffre d’affaires au marketing, […]
Enfin, la France détient le record européen des hospitalisations en milieu privé à but lucratif (23 %) […]
les pathologies simples correspondent à l’activité principale des cliniques privées, alors que les plus complexes et les plus graves correspondent à l’essentiel de l’activité des hôpitaux publics. […]
La T2A est faite pour mesurer la quantité, pas la qualité ; les procédures standardisées, pas la complexité ; […]
on ne voit qu’une cohérence : la limitation de la part du financement par la Sécurité sociale au profit d’un rôle de plus en plus important laissé aux assurances complémentaires, et en particulier aux assureurs privés. […]
Deux voies de réforme du système de santé s’opposent. L’une, néolibérale de privatisation rampante, vise à transférer les coûts vers les ménages et les assureurs privés selon la formule : « A chacun selon ses moyens ». L’autre, républicaine, égalitaire, cherche à défendre le principe du : « A chacun selon ses besoins socialement reconnus ».

(Traitement de choc pour tuer l’hôpital public)

Maternités et services chirurgicaux risquent de fermer leurs portes par dizaines. […]
De plus en plus de femmes y accouchent. Leur sécurité et celle de leurs enfants seront-elles mieux assurées quand elles devront faire une heure et demie de route […]
«Nous avons h nette impression que les suppressions de services s’accélèrent au détriment de régions où l’accès aux soins va devenir de plus en plus difficile», dénonce Christian Paul, député socialiste de la Nièvre, qui, avec 80 parlementaires, a demandé un moratoire sur la fermeture des hôpitaux de proximité. […]
On en est à concocter la troisième génération (SROS 3 !), et ce sont déjà 80 000 lits d’hospitalisation qui ont été fermés par SROS 1 et SROS 2.

(Hôpitaux en sursis)

promouvoir Hôpital de proximité : une espèce en voie de disparition ? avec les humains associés - Gmiix - - ajouter  blogmemes - Tape moi - Bookeet - Fuzz - Scoopeo - ajouter avec Jamespot
Ajouter cet article sur Bookmarks.fr Ajouter cet article sur FaceBook ajouter à Blogasty PUBLIER CETTE PAGE OU VOTER POUR CET ARTICLE SUR DIGG-FRANCE.COM

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '274' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
DESC wp_comments

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
ALTER TABLE wp_comments ADD COLUMN comment_subscribe enum('Y','N') NOT NULL default 'N'

suivre sans commenter


design par Michael Heilemann -
référencé sur CôtéBlog
double clic sur un mot = définition