Mon cauchemard du surendettement

Simple témoignage.

Je suis juste tellement en colère que je veux témoigner, je veux que les gens sachent et que cela puisse servir à certains de vos lecteurs.

Je suis maman célibataire depuis 3 ans. Mon ex-conjoint, père de ma fille, nous a laissé avec 54 000e de crédits. C’est juste le petit résumé. Je me suis faite avoir, l’amour rend aveugle, il était très dépensier, ne me donnait jamais d’argent pour les factures, ne pouvait pas avoir de crédits, donc tout était à mon nom, bref je me suis faite avoir en beauté, çà j’en suis consciente.

Mon avocate et moi avons quand même réussi à lui faire signer une reconnaissance de dette, au tribunal il a été condamné à me rembourser. Mais comme pour la pension alimentaire qu’il ne paie pas, il s’arrange pour ne pas être rémunéré au même endroit 2 mois d’affilé afin que la procédure de saisie de salaire ne puisse être mise en place. Cela dure depuis 3 ans, et ni le trésor public, ni l’huissier, ni la CAF ne semble être choqués par cet état.

Bref, ce résumé pour en venir au fait. Ayant environ 1000e de crédits par mois je ne pouvais plus m’en sortir, j’ai donc fait un dossier de surendettement. J’ai préféré le faire sans l’aide d’assistante sociale, car je me suis toujours dit qu’il y avait plus malheureux que moi, et que je « piquerais » la place d’une personne qui serait peut-être encore plus dans le besoin que moi. Encore une erreur de ma part.

J’ai fait le dossier au mois d’août 2009, accepté fin août et devant donc ensuite passer en commission. Par malheur j’avais oublié UN crédit, donc le dossier a été relancé : mais attention sans que je sois tenue informée de quoi que ce soit. J’étais dans l’attente, sans nouvelle, rien. De plus, il y a peu, une assistante sociale a été très étonnée que je continue à payer les crédits pendant que le dossier était en études. En effet, selon elle, j’avais tout à fait le droit de bloquer les prélèvements, puis de contacter les organismes pour leur indiquer que je leur adresserais un chèque du montant que je pouvais, selon mes revenus, payer. La charmante dame de la commission de surendettement ne m’a jamais expliqué cela. Pourquoi ?

Ce qui fait que mon dossier a été validé fin août 2009, le plan a été définitivement approuvé le 12 novembre pour être en application le 31 décembre. J’ai donc calculé, j’ai payé 3000e durant cette période.

Autre problème, c’est que la banque de France a donc débloquée mes parts salariales d’un montant de 2800e, mais que dans le plan il était convenu (j’ai pas vraiment eu le choix mais bon…) que cet argent serve à clôturer 3 créanciers. Or étant forcément à découvert : les 2800e ont bouché le découvert. Au jour d’aujourd’hui je dois donc trouver cette somme afin de régler ces créanciers sinon le plan est caduc.

Si la « conseillère » ( je mets des parenthèses parce que lamentable) m’avait indiqué que je pouvais annulé ou tout du moins négocier à la baisse les prélèvements durant cette période d’attente, je pourrais sans problème rembourser ces organismes.

Lorsque l’assistante sociale que j’ai fini par aller voir par désespoir à appelé cette charmante « conseillère » : « pas le choix faut rembourser » ! En un mot t’es dans la m… , débrouilles toi.

Je vous avoue que je ne sais pas comment je vais faire mais comme ils disent tous si bien « je vais me débrouiller »

Deuxième chose que sur lequel je voulais aussi témoigner. Mon assistante sociale m’a aussi expliqué que comme le plan avait été approuvé le 12/11/2009, en décembre je n’aurais du avoir aucun prélèvement des créanciers. Or FINAREF à prélevé 160e et FRANFINANCE 75e. Comme les ordres de prélèvements devaient déjà être partis, je dirais « normal ». Elle m’a donc dit « appelez-les pour leur demander le remboursement des ces mensualités »

Réponses négatives des 2 organismes : les seuls quand même parmi : médiatis, cofidis, casino, monabanq, qui ont prélevé.

Franfinance j’ai envie dire : rien à dire, si ce n’est son refus, mais bon …

Par contre FINAREF, là il faut que je témoigne. Le monsieur m’a donc sorti son baratin comme quoi le remboursement n’était pas possible. Je lui ai alors demandé pourquoi les autres organismes de crédits ne posaient de soucis : grand silence et re-baratin mot pour mot. Je lui ai donc dit que j’allais revoir çà avec mon assistante sociale et la banque de France puisque c’étaient eux qui m’avaient conseillé cette démarche. Sur quoi il a nouveau insisté que de toute façon çà ne servirait à rien. La moutarde m’est montée au nez : « donc vous êtes de ces organismes qui lorsque nous sommes dans la merde vous appuyez sur la tête. Donc merci Finaref, je vous ferais pas de pub, bonne journée, aurevoir ». Sur ce je raccroche. Il me rappel CHEZ MOI, donc avec la reconnaissance du numéro puisque je ne leur ai pas communiqué mon numéro parce que je ne veux pas que les organismes me harcèlent avec leur assurance…bla bla…

Là, il me dit « je vais signalé votre comportement à la banque de France, je ne suis pas là pour me faire insulter (je vous assure qu’il n’y a eu aucune insulte, le seul gros mot était merde, et ne lui était pas destiné), je vais faire passer le message à mes collègues afin qu’ils refusent les appels concernant votre dossier, et aussi afin que le remboursement ne soit de toute façon jamais possible, et inutile de rappeler » sur ce je lui demande son nom et à chaque fois que je lui demandais il répondait en criant « aurevoire madame » pour finalement me raccrocher au nez.

Actuellement, je suis sous xanax, en 3 ans de grosse galère : 3 tentatives de suicide. Je trouve scandaleux la façon dont nous sommes traités lorsque nous sommes demandeurs d’informations, d’aides …. Cela devient en plus général et parfois même considéré comme normal.

En ce qui me concerne qu’une conseillère de la commission de surendettement de la banque de France (avec un nom aussi pompeux…) ne me donne pas cette info capitale qui aurait pu me faire « économiser » 3000e, et qu’un conseiller du surendettement Finaref se permette de me menacer (parce que je pense sincèrement que c’était des menaces) en me rappelant chez moi : LAMENTABLE et INACCEPTABLE.

Alors je suis peut-être la seule à être offusquée mais j’espère sincèrement que non.

Bien entendu si vous souhaitez me contacter pour en savoir plus, si vous souhaitez utiliser mon histoire…quoi que ce soit, je me tiens à votre entière disposition. J’ai décidé d’arrêter de me faire malmener par les banques, les crédits, les sociétés de téléphone, d’internet, les employeurs…. Bref j’en ai mar. Je suis un être humain, peut-être pas la meilleure qui soit, mais je mérite le respect, et j’ai bien l’intention de le faire valoir.

Dans tous les cas, merci de votre attention, et j’espère sincèrement que mon témoignage sera pris au sérieux et pourra servir.

Je vous souhaite par avance et de tout cœur de bonnes fêtes de fin d’années.

promouvoir Mon cauchemard du surendettement avec les humains associés - Gmiix - - ajouter  blogmemes - Tape moi - Bookeet - Fuzz - Scoopeo - ajouter avec Jamespot
Ajouter cet article sur Bookmarks.fr Ajouter cet article sur FaceBook ajouter à Blogasty PUBLIER CETTE PAGE OU VOTER POUR CET ARTICLE SUR DIGG-FRANCE.COM

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '770' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
DESC wp_comments

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
ALTER TABLE wp_comments ADD COLUMN comment_subscribe enum('Y','N') NOT NULL default 'N'

suivre sans commenter


design par Michael Heilemann -
référencé sur CôtéBlog
double clic sur un mot = définition