Le bonheur est dans le prêt…

Le titre est quelque peu ironique, même si, bien sûr, le crédit peut avoir son utilité.
Mais la vie à crédit finit bien souvent par s’apparenter à une mort à crédit, et à petit feu…
Cette réflexion est particulièrement vraie en ce qui concerne les crédits revolving, qui s’auto-nourrissent eux-mêmes… mais peuvent laisser leurs utilisateurs exsangues, et les conduire au surendettement.
Un système qui s’apparente largement au système des subprimes, dont on connaît les conséquences, et dont on est loin d’avoir tiré toutes les leçons.
Un système hypocrite, contre lequel les politiques ont bien des difficultés à légiférer, tant le miroir aux alouettes du soutien de la consommation est omni-prégnant (pardon pour le néologisme !). La proposition de loi de Mme Lagarde, concernant la réforme du crédit à la consommation, en est la dernière preuve en date…

Découvert, grâce à cet article (les pérégrinations sur le Net comportent leur lot de mystères et de bonnes surprises !) : Non, le bonheur n’est pas dans le prêt !, un article bien plus complet, publié dans Alternatives Économiques, ainsi titré : Le crédit revolving en accusation. Une accusation qui n’est pas nouvelle… mais reste sans effet, ou quasiment !

Quelques extraits tout à fait subjectivement choisis :
Le crédit revolving, appelé aussi “réserve d’argent”, est un produit plus complexe qui sert d’outil de gestion de trésorerie à un ménage. C’est celui qui conduit le plus au “malendettement”, c’est-à-dire qui ampute le niveau de vie de manière durable. […]
Un produit juteux pour les prêteurs […]
La faiblesse des mensualités, pour allécher l’emprunteur, conduit à allonger fortement la durée de remboursement. […]
De quoi constituer une quasi-rente pour les établissements prêteurs, pour lesquels le crédit revolving est très profitable […]
De quoi entrer dans une situation d’endettement permanent qui tourne vite au surendettement. […]
Cette dérive est d’autant plus fréquente que les établissements de crédit poussent au crime […]
“de plus en plus, on constate que les ménages ont recours au crédit pour répondre à leurs besoins de base et remplir leur chariot”, affirme Serge Maître, de l’Association française des usagers des banques (Afub). Mais pourquoi ne pas faire appel aux autres formes de crédit à la consommation, qui proposent le plus souvent des taux bien moindres? Si certains ménages le font pour des raisons de facilité, la plupart n’ont pas le choix: 15% des ménages n’ont accès qu’à ce type de crédit.[…]
La CLCV poursuit: “Le crédit à la consommation doit cependant être proposé dans des conditions qui permettent au consommateur de faire le choix le plus adapté à sa situation et à ses besoins.” Or, le crédit revolving ne satisfait pas à ces exigences. […]
Dans les magasins, les conseillers sont en général les vendeurs eux-mêmes, qui ont tout intérêt à faire leur vente, quitte à pousser le consommateur à souscrire un crédit non adapté à sa situation. D’autant plus qu’ils touchent parfois des commissions pour l’octroi d’un crédit supérieures à celles pour la vente d’un bien. […]

L’article poursuit, en citant une enquête de 60 millions de consommateurs, dont les résultats semblent ressembler de très près à ceux cités ici : Crédit Revolving : l’engrenage.

Les associations de consommateurs dénoncent aussi une confusion entre la carte de fidélité et le crédit […]
certains établissements, à l’instar de Laser Cofinoga ou de Sofinco, plaident désormais en faveur d’un cadre légal global et renforcé du crédit à la consommation qui ferait notamment supporter le défaut de remboursement par l’établissement qui a accordé le crédit de trop à un ménage déjà fortement endetté.
WAOOOH !!!

Enfin, un petit encadré fort intéressant et instructif :
La majorité des 44 établissements de crédit spécialisés recensés en France sont détenus par de grandes banques. BNP Paribas (Cetelem et, pour partie, Laser Cofinoga), le Crédit agricole (Sofinco et Finaref) et la Société générale (Franfinance et Sogefinancement) se partagent le marché. Ces établissements de crédit ont créé des sociétés communes avec les distributeurs qui proposent du crédit revolving. Par exemple Cetelem détient 51 % de la Fidem, qui distribue le crédit chez But; Laser Cofinoga possède 60 % de Banque Casino avec Casino.
BANCO !
Voilà qui rejoint ce petit organigramme des société de crédit et filiales

crédit revolving... de l'utilité au piège - dessin d'Alex
Crédit à la con…sommation - dessin d’Alex

Quelques exemples de cet engrenage qui met en péril l’équilibre financier des ménages : Surendettement ….. quand tu nous tiens !!!!!.
Et la question soulevée ici ne peut faire abstraction des frais bancaires, eux-mêmes disproportionnés : Frais bancaires : les plus pauvres trinquent.
Une occasion supplémentaire de vous rappeler la toute récente naissance du forum d’entraide autour du surendettement.

promouvoir Le bonheur est dans le prêt… avec les humains associés - Gmiix - - ajouter  blogmemes - Tape moi - Bookeet - Fuzz - Scoopeo - ajouter avec Jamespot
Ajouter cet article sur Bookmarks.fr Ajouter cet article sur FaceBook ajouter à Blogasty PUBLIER CETTE PAGE OU VOTER POUR CET ARTICLE SUR DIGG-FRANCE.COM

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
SELECT * FROM wp_comments WHERE comment_post_ID = '791' AND comment_approved = '1' ORDER BY comment_date

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
DESC wp_comments

Erreur de la base de données de WordPress : [Table 'social_societal.wp_comments' doesn't exist]
ALTER TABLE wp_comments ADD COLUMN comment_subscribe enum('Y','N') NOT NULL default 'N'

suivre sans commenter


design par Michael Heilemann -
référencé sur CôtéBlog
double clic sur un mot = définition